l'action


Nombre de pages : 223, nombre de chapitres : 11.

Résumé de l'histoire :

Le récit se passe à Alger en 1937. C'est l'histoire d'un personnage nommé Astone qui vient juste de se faire engager comme conducteur de bus à la T.A.B (compagnie de bus algéroise). Il se lie d'amitié avec Fernandez et Morelli qui travaillent également à la T.A.B.
Astone est révolté par les conditions de travail infligées aux travailleurs de l'entreprise, et décide de mettre en place une grève avec l'aide de ses amis.
Un récit de révolte et d'insoumission qui se déroule dans le cadre de la capitale algérienne. Ce récit sociologique, de par son étude précise du mouvement de grève et des sentiments des différents protagonistes, nous apprend les conditions de vie des algériens de cette époque et pourrait très bien servir d'analyse à un évènement actuel.
La réalité du récit est accentuée par l'utilisation d'un vocabulaire simple, le vocabulaire de ces personnages, et rend les protagonistes encore plus attachants et réels.

Les personnages :

Astone : 34 ans, chauffeur de bus. Il a son brevet de capitaine de la marine, mais on le lui a retiré à la suite d'une bataille entre l'équipage et le capitaine à Saïgon.
Il est allé aux Etats-Unis, puis à Hambourg et à Berlin d'où il a été licencié à la prise de pouvoir des nazis.
Il s'installe ensuite au Maroc où il intègre la CAT, mais il est renvoyé quand la douane trouve du tabac dans ses roues de secours.
Bien qu'ayant de "rude[s] épaule[s]" (p 215), il est révolté par l'injustice du monde : "Il n'acceptait pas la vie telle qu'elle était. Il ne se résignait pas. Et il voulait apprendre aux autres à ner pas se résigner.", il est également sensible à la fierté de l'Homme : "Comme on est fier d'être un homme quand on accepte des salaires qui permettent de vivre dans des taudis et de bouffer des patates jusqu'à la fin de ses jours! Comme on est fier d'être un homme quand on accepte d'être jeté sur le pavé, sans explication, à la moindre faute ou parce qu'on a une face qui ne revient pas à quelque court-sur-pattes! Comme on est fier d'être un homme quand on accepte que les Klautz viennent fouiller dans nos "bleus" pour savoir quel canard vous lisez! Ah! la joie et l'honneur de saluer au passage du patron, quand il va dans sa bagnole jouer au cercle le pognon qu'il vous a raclé!"
C'est un personnage qui sait ce qu'il veut : "Pour lui, il n'y avait pas de belles nuits, elles étaient toujours la négation de la lumière." Et enfin, c'est peut-être à lui que revient le privilège d'exprimer le fil conducteur du livre : "Il ne voulait pas l'action pour l'action. Faire n'importe quoi pour se donner l'illusion d'exister. L'action révolutionnaire, oui!".

fernandez : il est mécanicien. Il adhère tout de suite au mouvement de grève lancé par son ami.

Rose Piera : elle est mariée au comptable de la T.A.B, mais elle le délaisse pour Astone.

Piera : il est comptable de la T.A.B, il est jaloux et odieux.

Xavier Burner : c'est le directeur de la compagnie des bus. Il a une fille, Jeanne qui doit se marier avec un dénommé Mazière. Il a été élevé par son père et s'est marié avec une italienne, il est rude, sévère.

Morelli : chauffeur de bus de la ligne Oran-Alger. Il a une femme et un enfant. Il est dans les premiers à adhérer au mouvement de grève.

Résumé chapitre par chapitre :

Chapitre 1 : Morelli, qui conduit le bus de la ligne Oran-Alger a un accident en pleine nuit.

Chapitre 3 : Astone remplace Morelli qui a été blessé dans l'accident.

Chapitre 5 : Fernandez explique à Astone le fonctionnement de l'entreprise et les dures conditions de travail.

Chapitre 6 : Astone, Fernandez et Morelli organisent la grève en distribuant des tracts.

Chapitre 7 : Astone aide Rose à échapper à Papas qui la harcèle. Elle accepte de l'aider dans son action.

Chapitre 8 : Un ouvrier amène un tract au patron. Pendant ce temps, la grève s'organise entre les ouvriers.

Chapitre 9 : Un deuxième tract est distribué. Piéra découvre que sa femme aide Astone, il découvre les tracts sur la table.

Chapitre 10 : Piéra va dénoncer les trois hommes au patron.

Deuxième partie :

Chapitre 1 : Fernandez et Astone ont été renvoyés, mais ils continuent le combat. Les ouvriers démarrent la grève.

Chapitre 2 : Hadj, Astone et Morelli sabottent les cars mis en sûreté par le patron pour que les chauffeurs ne puissent pas effectuer leur service.

Chapitre 3 : un article sur Burner paraît dans le journal d'Alger et provoque une émeute.

Chapitre 4 : Burner essaie d'acheter Astone avec un poste à responsabilités pour qu'il cesse la grève.

Chapitre 5 : Pendant la grève, les ouvriers ne sont pas payés, il ont faim et commencent à se désunir. Hadj cherchant du travail, croise le cortège du mariage de Jeanne Burner. Il tire sur M. Burner, puis il se suicide après une longue course-poursuite dans les rues d'Alger.

Chapitre 6 : Fernandez et Astone se demandent le sens de leur action après la mort de Hadj.

Chapitre 7 : La famine et le ras le bol se font sentir chez les grévistes. Burner fait croire que ses blessures sont graves. "Gomme-gutte" le journaliste, publie un article accablant pour Astone.

Chapitre 8 : Rose s'enfuit de chez elle, elle espère retrouver Astone, elle le retrouve finalement un soir.

Chapitre 9 : Les employés veulent reprendre le travail, mais Astone essaie de les convaincre de poursuivre le mouvement.

Chapitre 10 : une bagarre se déclanche entre les grévistes et les partisans de la reprise du travail. La police arrête Fernandez.

Chapitre 11 : Astone doit choisir entre amour et action : la question centrale du chapitre est : "L'amour ennemi de l'action?" p 214. Astone décide d'emmener Rose avec lui à Barcelone. Piéra a suivi Astone dans les rues de la ville pour se venger de lui, il lui tire dessus et Astone meurt.

Citations :

"Quand on justifie sa vie par un combat, que celui-ci exige un jour le sacrifice de cette même vie, rien de plus normal. Et encore, il ne s'agit pas là à vrai dire, d'un sacrifice. Mais si on doit engager, en plus l'existence d'êtres chers -un ami, un frère- il faut réellement être fort, être maître de soi, sûr de sa vérité, pour ne pas douter." p 170.

"Il ne voulait pas l'action pour l'action -Faire n'importe quoi pour se donner l'illusion d'exister- l'action révolutionnaire, oui!" p194.

"Un homme, c'est d'abord un ventre. Les livres, les théâtres, la musique, c'est fait pour les types bien nourris, dit Astone.
Et la même idée leur vint à l'esprit :
La révolution!"